Cet été, j’ai eu envie de découvrir qui se cachait derrière le hashtag #KimAuclair, au-delà de ses 70 400 tweets et 24 000 abonnés twitter, cette conférencière et fondatrice de la communauté MacQuébec qui accueille 600 000 visiteurs par année piquait ma curiosité. Surtout depuis l’aménagement de son nouvel espace de coworking Niviti et de la transformation récente de MacQuébec en coopérative.

Persévérance et mentorat

Diplômé en graphisme du Cégep de Rivière-du-Loup et désabusée par des professeurs blasés sans volonté d’enseigner les nouveaux outils graphiques de l’époque, Kim Auclair a toujours préféré créer ses opportunités, plutôt que de se conforter dans un emploi correspondant moins à ses attentes. Vivant avec une surdité sévère à profonde, puisqu’elle n’entend pas de l’oreille gauche et à 75% de l’oreille droite malgré un appareil, elle rédigeait beaucoup.

Très tôt dans son parcours, elle a su reconnaître l’apport significatif du mentorat et a donc été conseillé par différents mentors tels que le créateur du logo ART TV (celui avant ICI ART TV), un gestionnaire à la retraite du domaine horticole et un troisième, aussi retraité, qui avait créé son agence Web dans le passé. Elle a ainsi appris à structurer sa pensée, améliorer sa rédaction et clarifier ses objectifs de carrière, ce qui l’a mené à entreprendre un blogue personnel et rédiger sur ses expériences en tant qu’entrepreneure et sur le mentorat.

De Mikimya à MacQuébec

Sa première entreprise a vu le jour avant même ses études collégiales. À 19 ans à peine, elle créait Mikimya et offrait des services de montage par ordinateur, de secrétariat, de dessin, de création de logos, de réalisation de petits sites Web. De 2003 à 2007, elle en était l’unique propriétaire.

Kim-Auclair-Mikimya
Entre l’automne 2007 et l’automne 2009, Mikimya subissait d’importantes transformations dans l’organisation, en raison principalement de l’arrivée d’une associée de Montréal. L’offre de services de Mikimya s’est vue modifiée afin de se spécialiser dans le domaine de l’expérience utilisateur.

Cette période d’association professionnelle à Montréal fût toutefois de courte durée et Kim quittait l’entreprise qu’elle avait créée en 2009. Les 3 années qui ont suivi, elle s’est concentrée uniquement à diffuser des contenus sur son blogue personnel, ce qui a grandement contribué à l’émergence de sa popularité. Elle a ensuite blogué sur une période de 2 ans pour la plateforme lesafffaires.com ce qui lui a permis d’atteindre un nouveau lectorat, de gagner en visibilité et en crédibilité. Il y a un an, une belle opportunité se présenta à elle, soit de devenir blogueuse pour Vidéotron services affaires, elle cessa donc de le faire sur lesaffaires.com en 2014.

MacQuébec dans tout ça !

L’idée pour une plateforme comme MacQuébec a surgie suite à l’achat de son premier ordinateur Mac. Connaissant des difficultés à trouver de l’assistance technique, elle n’avait d’autre choix que de se tourner vers des forums francophones (de France) comme MacFrance ou MacGénération, mais où la contrainte de fuseaux horaires posait problème. Un ami lui a dit un jour, pourquoi ne partirais-tu pas MacQuébec? Dès lors, elle acheta le nom de domaine et une communauté se formait. Elle s’est entourée de rédacteurs et d’étudiants bénévoles et malgré des centaines de milliers de lecteurs annuellement, elle considère que MacQuébec n’a pas encore atteint son plein potentiel. Après 10 ans de vie, MacQuébec a maintenant une nouvelle administration et en août 2015 se transformait en coopérative de solidarité.

MacQuébec 2005-2015Kim ayant le flair pour démarrer des projets prometteurs, mais avouant ne pas exceller dans la direction générale, cette mutation lui permettra d’accueillir un conseil d’administration qui pourra l’épauler et collaborer à la continuité et l’évolution de la plateforme. Ce modèle plus structuré facilitera la recherche de membres phares tels qu’un directeur général, des membres de soutien, des membres producteurs internes qui s’engageront à donner du temps pour un rôle précis (gestion du forum, rédaction d’article, marketing numérique, etc.) et des membres producteurs externes, tel que des entreprises qui souhaiteront s’adresser à des utilisateurs Apple.

Il y a actuellement 25 membres fondateurs dont Inis-Centre de formation agréé Apple à Montréal et le Centre iTech de St-Hyacinthe et certains en cours de discussion à Québec. Ces membres pourront bénéficier de la plateforme pour offrir des rabais sur des produits qui répondront aux besoins de la communauté Apple.

Cette métamorphose structurelle a aussi permis de relancer LesMacs, le site de petites annonces de produits Mac qui, à court terme, souhaite identifier des façons de mieux monétiser l’outil. Finalement, pour augmenter les échanges avec sa communauté, MacQuébec s’inspirait récemment de Jimmy Fallon du Tonight Show sur le réseau NBC avec son jeu de #Hashtag et lançait le jeu #MacQuebec sur Twitter. Le jeu hebdomadaire a pour but de recueillir vos histoires et vos anecdotes se rapportant à un mot-clic suggéré chaque semaine sur Twitter en lien avec la communauté de produits Apple.

Niviti

Niviti

En 2011, Kim crée Niviti, sa nouvelle entreprise de production et diffusion de contenu à valeur ajoutée dans l’objectif de permettre aux individus de développer leurs compétences entrepreneuriales. Niviti offre par ailleurs des espaces de travail collaboratifs et un accès à une communauté privée pour permettre aux entrepreneurs d’échanger. À même la plateforme Web, Niviti produira et diffusera des contenus à saveurs entrepreneuriales.

Ce projet a été grandement réfléchi et Kim a même collaboré avec Jean-Philippe Bonneau d’Ambicio pour mieux définir son offre de service, son processus d’embauche et recruter la bonne personne pour l’accompagner dans les tâches de coordination marketing. Kim souhaite que Niviti devienne un joueur majeur en création, animation et optimisation de communautés virtuelles destinées aux entrepreneurs francophones. Différentes activités verront le jour tous les mois.

Kim Auclair la personne ou l’entreprise ?

“Je suis un peu la Steve Couture de Niviti à travers mes conférences et formations”, raconte Kim en riant. “Je rédige sur le démarrage d’entreprise, l’entrepreneur lui-même, mais les clients achètent souvent le nom Kim Auclair avant tout, qui est pour eux un gage d’assurance sur le trafic que cela rapportera’”, avoue Kim. C’est donc son histoire qui agit comme l’agent propulseur de sa marque. Le nom Kim Auclair demeure, mais à travers l’entité Niviti.

Kim Auclair Niviti
“Mon souhait pour l’avenir serait d’avoir un directeur général pour MacQuébec et que la plateforme s’autosuffise”, témoigne la fondatrice les yeux pétillants. Ses principaux revenus étant maintenant l’animation de communauté Web, la formation et création de contenus Web pour différents clients dont Gaz Métro, Karelab, Fondation de l’entrepreneurship, Moovjee Québec, Vidéotron Services Affaires, tout en assurant la gestion de l’espace Niviti.
Deux apprentissages acquis au cours de ces années qu’elle suggère fortement aux futurs entrepreneurs :

  • Ne jamais s’entourer de personnes négatives.
  • Travailler avec des gens qui partagent vos valeurs.

Vous pouvez suivre Kim Auclair sur les différentes plateformes suivantes: