Soirée UX : entre expérience utilisateur et risques du Web


8 décembre 2015 | 09:37

Le 12 novembre dernier, dans le cadre de la journée de l’utilisabilité, s’est tenu une édition des Soirées UX.

Au programme, deux conférences sur les thématiques de l’expérience utilisateur et de la qualité Web, animées respectivement par Amélie Boucher et Elie Sloïm venus de tout droit de France.

Comment concevoir la navigation sur mobile ? – Amélie Boucher

Amélie Boucher, ergonome, auteure, designer UX

 

Amélie est revenue sur les enjeux de la navigation mobile, souvent méconnue et mal exploitée.
L’expérience mobile est encore plus sujette aux turbulences de la navigation et pour imager ses propos, plutôt que de voilier, elle préfère parler de galère.

Sur mobile, nous avons d’autant plus besoin d’avoir l’information vite et bien (session d’usage très court, besoin instantané, contexte dégradé avec du bruit, contexte de papillonnage : on zappe d’une activité à une autre, etc.).

Amélie a livré quelques pistes pour nous guider dans ce long périple de l’expérience utilisateur :

  • Favoriser l’accès aux usages clés
  • Utiliser la navigation élastique (qui s’adapte en fonction de l’utilisateur)
  • Choisir entre menu visible ou caché en fonction du projet
  • Utiliser la navigation par geste à bon escient et non par effet de mode

Finalement on retiendra qu’il n’y a pas de recette magique et qu’il faut adapter sa navigation au contexte de son produit et des besoins utilisateurs.

Une règle d’or : tester, tester et retester, car le mieux c’est encore de confronter son produit à la réalité !

Revivre la conférence en vidéo

Qualité Web : prévenir les risques, améliorer le Web – Elie Sloïm

Elie Sloïm, qualiticien, auteur, conférencier

 

Elie Sloïm s’est livré à une démonstration intéressante sur les risques liés au Web.

Tout comme pour les métiers du bâtiment, la complémentarité et la connaissance des différents métiers du Web sont nécessaires pour construire des fondations solides et produire des livrables fonctionnels et efficients.

Or les métiers du Web sont extrêmement complets et complexes, en perpétuel réinvention. Ils nécessitent des savoir-faire très hétérogènes. Les experts agissent souvent dans leur coin, en silo. D’où la nécessité d’avoir des chefs de projet Web bien aguerris ayant une vision plus généraliste.

Les risques d’un projet mal mené touchent bien évidemment la relation client mais également la relation entre collègues, fournisseurs, prestataires et peuvent avoir des conséquences dramatiques.

Comment se prémunir des risques dans le secteur du numérique ?

Le projet Opquast (Open Quality Standard) a identifié 226 règles pour minimiser les risques. L’idée est d’établir un socle de connaissances et de compétences minimum pour tous les professionnels du Web, en leur délivrant les bonnes pratiques. Ces règles sont accessibles par tous et gratuitement. L’Opquast Certified Test, « sorte de Toïc du web », pour reprendre les mots d’Elie, permet de vérifier son degré de connaissance. C’est un test d’1h30, qui délivre un score sur 1000.

Revivre la conférence en vidéo

Les pratiques numériques transatlantiques

En guise de conclusion à la soirée, un panel d’experts – animé par Jean-Michel Lacroix et composé en plus des deux conférenciers par Nicolas Hess, Pierre-Étienne Vachon et Laure Gabrielle Chatenet – a mis en lumière les pratiques numériques en France et au Québec et a notamment dressé un état des lieux de l’expérience utilisateur.

Comment convaincre son client d’investir dans l’expérience utilisateur ?

L’aspect financier est une partie importante mais la compréhension des enjeux est encore plus cruciale.

Il faut arriver à faire prendre conscience des enjeux et réussir à toucher les décisionnaires. Il y a un réel challenge d’éducation et de vulgarisation des problématiques. Il faut arriver à faire concorder les besoins d’affaire avec les besoins des utilisateurs.

Conseil avisé d’Elie Sloïm : si on sent son client réticent, mieux vaut ne pas y aller, ce sera source de problème !

Ce que l’on retient de cette soirée aux couleurs de l’expérience utilisateur, c’est la dimension humaine. L’utilisateur est remis au cœur des préoccupations, on s’intéresse à ses émotions, ses sentiments. Un consommateur, plus que jamais, devenu consom’acteur.

Un seul mot d’ordre : l’empathie !

Revivre le panel en vidéo