S’informer avec les réseaux sociaux


4 juillet 2017 | 15:25

Les journaux et les magazines imprimés sont toujours populaires auprès de certains lecteurs. De même, la télévision demeure la source d’information première pour de nombreux adultes. Cependant, deux récentes études confirment que les formats numériques continuent de gagner du terrain.

Vividata a le mandat de scruter les habitudes des lecteurs de journaux et de magazines au Canada. On savait déjà que les plus jeunes se tournaient plus facilement vers le numérique, mais les dernières données confirment que les boomers (50-69 ans) sont aussi de plus en plus nombreux (59%) à lire leurs journaux et magazines à partir d’appareils électroniques. Dans 54% des cas, ils se rendront directement sur le site web du journal qu’ils désirent consulter.

Les 20-34 ans, quant à eux, accèdent au contenu numérique des journaux à partir des médias sociaux (63%) et 83% d’entre eux le font à partir d’un téléphone intelligent. On peut donc présumer que, s’ils voient une nouvelle qui les intéresse en défilant leur fil d’actualité, ils cliqueront pour aller lire la suite. Bref, si des nouvelles n’apparaissent pas sur les réseaux sociaux mobiles, c’est presque comme si elles n’existaient pas pour ces jeunes lecteurs.

Facebook, roi de l’information

Cette information est confirmée par une autre statistique qui vient d’être publiée, par le Cefrio cette fois-ci. Dans le plus récent volet de l’enquête NETendances 2016, on peut lire que, « même si la télévision demeure […] le moyen le plus utilisé pour s’informer, près de 7 adultes québécois sur 10 utilisent hebdomadairement Internet comme source d’information ».

De plus, chez les jeunes de 18 à 24 ans, le Web représente désormais la première source d’information pour la presque totalité (95%) et 74 % d’entre eux vont sur les réseaux sociaux pour consulter des nouvelles. Sans surprise, Facebook (39%) est identifié comme le réseau de choix pour s’informer.

Info en temps réel

Toujours selon l’enquête du Cefrio, on apprend qu’« environ les deux-tiers (66 %) des adultes québécois suivent l’information en temps réel sur Internet. Cette proportion augmente à 84 % chez les 18-24 ans. Les jeunes adultes sont aussi les plus enclins à accéder aux nouvelles à partir de leur téléphone intelligent (70 %). ».

Enjeux d’information

Ces habitudes de consommation de l’information sur les réseaux sociaux en temps réel posent certains enjeux pour les consommateurs de nouvelles. Pour les jeunes, comme le souligne ici Claire Bourget du CEFRIO, mais également pour les moins avertis.

« L’information journalistique et les nouvelles sont de plus en plus accessibles et proviennent maintenant de sources très diversifiées et parfois à la crédibilité douteuse. Or, les jeunes qui fréquentent en majorité les réseaux sociaux pour s’informer doivent rester vigilants face au phénomène des fausses nouvelles (« fake news »), qui sont de plus en plus présentes partout dans le monde », affirme Claire Bourget, directrice principale de la recherche marketing au CEFRIO.

Effectivement, dans les réseaux sociaux, toutes les nouvelles « se valent », c’est-à-dire qu’elles peuvent toutes avoir l’air aussi crédibles les unes que les autres. Une nouvelle diffusée largement une journée peut être complètement démentie le lendemain. Bref, la consommation de l’information se complexifie et il devient d’autant plus important d’utiliser un bon sens critique, de bien identifier la source d’une information, etc.

 

À consulter:

Les résultats détaillés de l’étude de Vividata.

Les faits saillants Internet pour s’informer et communiquer


X