Retour sur notre mission en France – La richesse des échanges internationaux


29 juin 2018 | 22:13

Voilà une dizaine de jours que je suis de retour de notre plus récente mission en France… Voilà dix jours que je me dis que je vais écrire un résumé de notre séjour à Angers et Nantes. Il fallait que Mathieu Laferrière, l’un des participants, publie un billet, très complet et précis, pour que je me décide enfin à vous écrire ces quelques lignes. D’ailleurs, je vous conseille fortement de lire le texte de Mathieu. Je ne vous donnerai pas le lien tout de suite, seulement à la fin pour m’assurer que vous lisiez mon propre texte jusqu’à la fin! 🙂

La mission, qui s’est tenue du 9 au 17 juin 2018, était portée par Québec numérique, avec le soutien financier du Fond Franco-Québécois pour la Coopération Décentralisé (FFQCD)et Les Offices jeunesse internationaux du Québec (LOJIQ). Outre l’équipe de Québec numérique (composée de moi-même, de Martin Boivin, coordonnateur de la Semaine numérique de Québec, de Claudine Beaudoin, conseillère en communication, de Samiha Hazgui, chargée de projet Culture/NumériQC et de Christine Desroches, assistante de communication), près d’une vingtaine de professionnels ont pris part à l’aventure.

Voici d’ailleurs le Bottin des participants, pour en apprendre plus sur notre superbe groupe.

Au-delà des objectifs formels de mise en relation, de visites d’écosystème, de participation au Web2Day et de promotion de la Semaine numérique de Québec (pour moi en tout cas), la participation à ce genre de mission sera toujours d’avoir l’opportunité de rencontrer, côtoyer, découvrir des êtres humains incroyables. Comme je me plais toujours à le rappeler, le numérique ne remplacera jamais l’humain et même qu’il ne pourrait pas vivre avec autant de vigueur sans tous les humains qui le créent et le portent!

Une participation à une mission à l’international, c’est l’occasion de faire la connaissance de collègues étrangers, mais des affinités se créent aussi naturellement au sein même de la délégation. Alors que la plupart des participants ne se connaissaient pas avant de partir, de nouveaux liens sont créés et des collaborations se poursuivent au retour. Ce dernier point est souvent insoupçonné par les personnes qui participent pour la première fois à une délégation. L’esprit de groupe (et de fête) permet de créer des contextes favorables aux échanges et c’est toujours agréable.

Je ne relaterai pas la mission dans chaque détail. Pour cela, je vous réfère encore au texte de Mathieu (vous aurez de plus en plus hâte de le lire, n’est-ce-pas?).

Je vous dirai simplement qu’à Angers, nous avons retrouvé nos amis Constance, Yoann, Claire, Guillaume et tous les autres que nous avions accueilli pendant la Semaine numérique de Québec en avril. Ils nous ont fait découvrir avec passion et fierté leur ville et leur écosystème numérique. J’ai été fasciné de constater les ressemblances entre les écosystèmes de la Ville de Québec et de celle d’Angers: à échelle humaine, sans prétention, avec des enjeux similaires.

Pour moi et Martin de Québec numérique, il s’agissait d’un deuxième passage à Angers. J’ai donc redécouvert la Wise’Factory, la Cité de l’Objet connecté et sa fameuse LoveBox, le Village by CA, etc. Mais surtout, j’ai observé les autres Québécois qui découvraient ces lieux pour la première fois et qui vivaient la surprise, l’émerveillement, etc. J’étais fière d’être à la tête d’une organisation qui rendait cette aventure possible et je me disais que tous les efforts nécessaires en valait bien le coup (pas vrai, Martin?).

Par ailleurs, nous avons profité de notre visite à Angers pour signer une entente de collaboration entre Québec numérique, l’Université TELUQ et l’École d’ingénieur en informatique et environnement (ESAIP) d’Angers. Cette entente vise l’organisation du premier Défi Design4Green en sol nord-américain pendant la prochaine Semaine numérique en avril 2019. Un ajout à la programmation qui me rend très fière puisque nous ne touchions pas au volet environnemental et éco-responsable du numérique jusqu’à maintenant. Cet événement de type hackathon sera complètement nouveau chez nous!

Notre périple nous a ensuite mené dans la ville de Nantes afin de participer au Web2Day, un événement qui se compare au Web à Québec (WAQ). En fait, on peut facilement affirmer que les deux événements s’inspirent l’un de l’autre année après année.

Le Web2Day fêtaient son 10e anniversaire cette année. Cela été un plaisir pour moi de retrouver mon amie Céline Delval, de revoir Adrien et de faire la connaissance des autres organisateurs de l’événement (bonjour Magalie, Medhi, Valentin et les autres!).

J’y ai aussi croisé Astrid, notre précieuse collaboratrice de l’OFQJ, qui a piloté, dans les dernières années, les délégations françaises à Québec pendant la Semaine numérique. Et je ne saurai nommer toutes les autres personnes que j’ai revu: Fred, Jeremy, Thierry, etc. Ce fût un plaisir pour moi de vous revoir et d’entretenir les liens de plus en plus solides qui nous unissent.

Il s’agissait d’une seconde participation au Web2Day pour moi. Je savais quand même à quoi m’attendre en terme événementiel et, à travers tout le réseautage (tellement riche et important pour moi), je n’ai pas eu trop de temps pour assister à des conférences. Par contre, je retiens les conférences suivantes:

Bref, du beau repérage et de l’inspiration pour notre événement de l’an prochain!

Chacun des participants aura retenu des souvenirs différents de la mission et c’est la beauté de ce type de périple, chacun en retire ce qui est bon pour lui! Pour certain, les retombées seront plus concrètes. Au cours des prochaines semaines, j’espère reparler à certains des participants pour en savoir plus sur leurs coups de coeur.

Chose certaine, je me dis que nous recommencerons l’an prochain et peut-être même en novembre 2018 pour la Connected Week d’Angers.

Bon, enfin, je vous donne le lien vers le billet de Mathieu Laferrière. Du coup, bonne lecture!


X