Un texte de Mélanie Larouche

En juillet dernier, le Fonds des médias du Canada (FMC) a rendu publique la mise à jour de son Rapport sur les tendances 2017. Dans le cadre de cet exercice, le FMC s’est interrogé quant aux opportunités de création de valeur dans la foulée de la réorganisation de l’industrie mondiale de l’audiovisuel.
Le premier constat tiré de ce rapport est la domination mondiale des géants américains que sont Google, Facebook et Amazon. À travers ce lucratif marché, leur pouvoir sur l’infrastructure technologique, l’attention des utilisateurs et leur parcours de découvrabilité est gigantesque!

Dans un tel contexte, la question se pose : reste-t-il une marge de manœuvre pour les plus petits joueurs?
Il va sans dire que la maîtrise des bulles de filtre est de plus en plus avancée, permettant ainsi d’améliorer considérablement la découvrabilité des contenus audiovisuels. Aussi, les algorithmes rendent nettement plus abordable le ciblage des auditoires, facilitant d’autant plus la mise en marché des projets audiovisuels.
Cependant, force est de constater que le parcours de découvrabilité des utilisateurs est sous le contrôle quasi total d’une poignée de joueurs technologiques, ce qui préoccupe grandement l’industrie. Par ailleurs, ces joueurs monopolisent l’essentiel des investissements en intelligence artificielle (IA) et dictent par conséquent les règles du marché. Selon le rapport, il faut s’attendre à une complexification des activités de mise en marché étant donné la multitude de publics concernés par ces projets.

Stratégies de contenus

Pendant que les réseaux sociaux accroissent leur présence dans la diffusion de contenu en direct, les plateformes de télévision par contournement (TPC) choisissent les contenus dramatiques et jeunesse. Stratégiquement, afin d’élargir leur offre au plus grand nombre possible de consommateurs, les gros joueurs de l’industrie développent pour leur part en mode vertical et misent davantage sur la mixité culturelle et l’égalité hommes-femmes.

Trop peu de plateformes

Malgré le nombre impressionnant d’utilisateurs sur les plateformes dominantes, une proportion importante de la population reste mal desservie par ces services puisque la diversité de ces plateformes demeure encore trop restreinte. Des opportunités sont donc à saisir de ce côté. En revanche, le rapport 2017 note qu’à l’échelle mondiale, le marché francophone présente un grand potentiel de développement pour les années à venir.

Miser sur le talent

L’un des principaux défis de l’industrie demeure la rétention du talent. Alors que le rapport 2016 faisait état de l’émergence de nouveaux centres d’influence à travers le monde en matière de technologies, de production médiatique et de consommation de contenus, la concurrence s’est rapidement accentuée. Les opportunités à l’international sont cependant nombreuses pour les entreprises canadiennes et c’est précisément sur le talent et la force des marques qu’elles devront miser pour se positionner. En effet, l’originalité et la créativité sont devenues des atouts distinctifs très recherchés.
Le rapport complet est disponible en ligne sur le site du Fonds des médias du Canada.