La Responsabilité Sociétale des Organisations à l’ère numérique


29 novembre 2016 | 17:53

 

La responsabilité sociétale des organisations renvoie à toutes les pratiques mises en œuvre par les organisations pour s’assurer qu’elles respectent les principes de développement durable, c’est à dire être économiquement viable, avoir un impact positif sur la société mais aussi mieux préserver l’environnement. Dans ce cadre, les sciences et les technologies de l’information et de la communication facilitent l’interaction continue entre les décideurs et l’ensemble des parties prenantes et ouvre le champ des possibles vers de nouveaux usages.

L’Observatoire de la consommation responsable de l’ESG-UQÀM a publié le 23 novembre 2016 sa septième édition de son Baromètre de la consommation responsable au Québec. La consommation responsable s’implante progressivement au fil des années dans les pratiques des citoyens québécois et les organisations se doivent en conséquence de prendre en considération les attentes et besoins des usagers. Ainsi en 2016, la part des consommateurs les plus responsables au Québec augmente de 21,4 %.

 

Introduction à la responsabilité sociale d’entreprise (RSE)

 

Le Groupe Sushi Taxi, une organisation responsable et connectée

sushi-taxi

Les équipes du groupe Sushi Taxi se mobilisent actuellement sur la responsabilité sociétale de leur organisation et poursuivent la réalisation de leur tableau de bord sur les actions responsables réalisées au sein de leurs 18 restaurants au Québec. Le groupe Sushi Taxi déploie ainsi les indicateurs nécessaires qui lui permettront de suivre les améliorations de ses engagements. Les équipes ont ainsi pour ambition de rejoindre la certification B-Corp en 2017. Cette norme créée aux États-Unis a pour objectif de promouvoir un modèle plus responsable d’entreprise. Gérée par une ONG, la certification est attribuée en fonction des performances sociale, environnementale et sociétale de l’entreprise mais aussi sur son engagement de transparence et de responsabilité.

 

B Corp Anthem – B The Change

« Je suis très fier de mes équipes qui ont su s’approprier les enjeux d’une organisation responsable tout en étant force de propositions pour son développement. Le groupe Sushi Taxi souhaite ancrer dans son ADN les comportements nécessaires pour s’engager plus en avant, notamment avec l’ensemble des parties prenantes : fournisseurs, clients, partenaires, etc. » présente Emmanuel Thiéblin, président du groupe Sushi Taxi.

sushi-taxi-2A ce titre, le groupe Sushi Taxi souhaite impliquer encore davantage sa communauté de clients et de partenaires pour partager sa vision et les associer aux enjeux de son développement durable.

Dans une ambiance conviviale, un premier événement a été organisé le 12 novembre pour permettre aux équipes d’échanger avec leurs clients sur les prochains projets en développement et recueillir ainsi leurs points de vue. Le groupe Sushi Taxi travaille en effet étape par étape depuis cet été sur un ambitieux projet numérique associant « saveurs » et « bien-être ». « J’ai pour ambition à travers ce projet de mieux servir ma clientèle présente et à venir, et ce en toute transparence. Avec le soutien et la reconnaissance de nos clients, l’ensemble des équipes souhaite co-construire des engagements partagés vers une restauration plus responsable et connectée. Il est primordial pour moi de mettre l’usager au centre de nos projets en développement. » ajoute Emmanuel Thiéblin.

 

échoFab durable : vers des entrepreneurs et usagers plus responsables

fablabLe mouvement des Fab Labs (ateliers de fabrication numérique) lancé à l’Institut de technologie du Massachusetts répond à la question de savoir comment une communauté pourrait devenir plus créative et productive si elle avait accès à une technologie au niveau local.

Le développement rapide des Fab Labs (plus de 1 000 dans le monde) repose entre autres sur l’open source de l’électronique, des logiciels et des machines, la numérisation de la conception, la production et la gestion du cycle de vie des objets industriels, la baisse du prix des logiciels et des machines à commande numérique et le réseautage faciliter par Internet. Associé au mouvement d’innovation ouverte, les Fab Labs peuvent proposer des outils numériques concrets pour une ville créative, apprenante et intelligente en mesure de répondre aux enjeux sociétaux tout en mobilisant l’ensemble des acteurs concernés (chercheurs, citoyens-usagers, entreprises, OBNL, etc).

echofab-durable« Dans le cadre d’un nouveau projet co-développé avec l’organisme Boscoville, nous ouvrirons au printemps 2017 le 1er Fab Lab au Québec dans le domaine de l’innovation en entrepreneuriat vert, éco-citoyenneté, éco-conception et dronautique durable, offrant des moyens concrets pour outiller les entrepreneurs de demain au développement durable et à la fabrication numérique » annonce Monique Chartrand, directrice générale de Communautique.

 

Regards croisés avec la Responsabilité Sociétale en France

De l’autre côté de l’Atlantique, de plus en plus d’entreprises françaises s’engagent dans des démarches de responsabilité sociétale. En complément de l’évolution de la réglementation et de la vigilance des ONG, elles sont stimulées par les attentes toujours plus fortes de leurs clients et les enjeux pour fédérer leurs collaborateurs.

« La mise en place d’une stratégie RSE se traduit par l’identification et la hiérarchisation des enjeux environnementaux, sociaux, sociétaux et économiques les plus pertinents, du point de vue de l’entreprise comme des parties prenantes internes et externes. » présente Mathieu Jahnich, fondateur du Hub de communication RSE du Sircome.

 

L’implication des parties prenantes dans les enjeux des organisations

Les consommateurs peuvent être sollicités directement par les marques pour donner leur avis sur les enjeux de l’entreprise. La discussion des enjeux en interne et l’ouverture aux principales parties prenantes externes sont deux clés du succès pour le déploiement d’une stratégie RSE.

savoir-ce-quon-mangeDans ce cadre, les outils numériques sont de plus en plus utilisés par les entreprises pour communiquer sur leurs engagements, de manière spécifique ou en complément de dispositifs plus conventionnels.

A titre d’exemple, la plateforme digitale « Savoir ce qu’on mange », lancée en 2014, sur la marque de produits laitiers bio. « Les 2 vaches fait preuve d’une transparence exemplaire sur la composition de ses produits et la traçabilité des ingrédients. Elle y présente également sa démarche d’amélioration continue. » résume Mathieu Jahnich.

 

De la pédagogie au partage du savoir grâce au numérique

L’intérêt de l’éducation au développement durable nécessite un changement de posture à l’égard de ce bien commun. Il passe par des actions pédagogiques y compris pour les adultes. D’où l’intérêt d’intégrer l’éducation à l’environnement dans les démarches de responsabilité sociétale des entreprises. Et cet aspect doit être aussi important que l’aspect managérial de la RSE.  « Un salarié éduqué sera en mesure de mieux appréhender les enjeux du développement durable et de mieux agir tant dans l’entreprise que dans la société. » présente Akila Nedjar-Guerre, Maître de conférences au sein du Master de Sciences de l’environnement de l’Université de Cergy-Pontoise.

universite-cergyLes communautés de chercheurs, d’étudiants et de professionnels utilisent largement les outils numériques pour discuter, échanger et co-produire. L’université doit être en mesure de mettre en place des dispositifs technologiques dont les pratiques d’usage doivent être anticipées pour une meilleure appropriation par les utilisateurs. « Le développement des technologies de l’information et de la communication est en plein essor à l’université de Cergy-Pontoise. Elles permettent en effet l’internationalisation des échanges entre chercheurs. » conclut Akila Nedjar-Guerre.

Nombreux sont les enjeux à relever par les organisations pour s’engager pleinement dans une stratégie d’amélioration continue en responsabilité sociétale et dans l’implication des parties prenantes grâce au numérique.

Les organisations doivent prendre également en considération des enjeux comme le stockage et la protection des données, l’ensemble des étapes du cycle de vie du numérique, l’accessibilité aux contenus, etc. A titre d’exemple, l’ensemble des technologies du numérique représente à ce jour environ 10% de la consommation mondiale d’électricité. En conséquence, quelles seraient les mesures à prendre par les organisations pour pallier les impacts du numérique tout en rendant la consommation des usagers plus responsable ?


Par Cédric Hédont

Après douze années passées dans la communication et les médias, Cédric a été le fondateur et CEO d'un studio proposant son panel de savoir-faire dans les métiers du conseil, de la formation, de l’édition, du Web social et de l’audiovisuel, notamment dans les domaines de l'économie circulaire et de la responsabilité sociétale. Dans le cadre de sa thèse professionnelle en Mastère Spécialisé Entreprendre - Création et innovation dans la communication et les médias au CELSA Université Paris-Sorbonne, il a développé son expertise dans les domaines de la narration transmédia, de la gamification et des réseaux sociaux, de l'analyse des données et de la réalité virtuelle pour impliquer les parties prenantes dans les projets et visions des organisations. Parallèlement, il a été nommé Maître de conférences associé à l’Université de Cergy-Pontoise en Master Sciences de l'Environnement - Responsabilité Sociétale des Entreprises, Communication et Environnement. Ces actions l’ont conduit à s'engager depuis 2015 vers de nouvelles ambitions au Canada et à partager avec Québec numérique un intérêt commun pour les technologies de l'information et de la communication. Actuellement CEO et Fondateur de Cidoo & CidooLab, il développe des stratégies communautaires et des dispositifs numériques en innovation ouverte tout en accompagnant les organisations dans leur responsabilité sociétale. Parallèlement, il s'implique comme chargé de projets et formateur au sein du Hub d'innovation ouverte Communautique et à temps partiel en DESS Gestion - communication marketing à HEC Montréal.

Collaborations récentes

Voir toutes les collaborations