La formation en ligne, l’enseignement du futur?


18 mai 2016 | 14:16

Au regard des possibilités infinies offertes par le numérique, on peut penser que les salles de classe les exploitent de manière extensive, un peu comme les films futuristes. On peut être tenté de croire que la formation en ligne deviendra la norme. Dans le portrait non exhaustif que j’ai pu dresser de la formation en ligne à Québec, vous verrez comment le Collège Bart, le Cégep Garneau, l’ENAP et l’Université Laval vivent la réalité de la formation en ligne. Je jetterai aussi un coup d’oeil sur ce qui se passe au Cégep Limoilou.

La formation en ligne n’est pas une fin en soi!

Une formation à distance, qu’elle soit asynchrone (capsules à visionner) ou synchrone (cours à heures fixes où les étudiants peuvent voir l’enseignant et avoir une interaction avec lui via l’ordinateur), ajoute de la  flexibilité pour les étudiants, il n’y a pas de doute. L’erreur serait de croire que c’est la panacée. Le collège Bart, par exemple, offre pour le moment une seule formation à distance, marketing des médias sociaux, en présentation synchrone, choix qui est majoritairement adopté par la formation continue au collégial.

Louis Morneau, directeur adjoint des études, explique que le collège, qui fêtera ses 100 ans l’an prochain, a une réputation à conserver et que celle-ci repose en grande partie sur la satisfaction des employeurs à l’égard des étudiants formés dans cet établissement. Peut-être y aura-t-il d’autres formations à distance éventuellement, mais pour le moment, le collège se concentre plutôt à intégrer des nouvelles technologies et pédagogies en ses murs pour répondre aux besoins de sa clientèle. M. Morneau ajoute que beaucoup d’étudiants aiment le format de jour en présentiel. L’effet d’entraînement y est pour quelque chose, car les gens interagissent plus en classe physique. En ligne, ça demande plus de rigueur.

On a des étudiants adultes qui font un retour aux études, et qui ont une vie familiale. Le soir, les devoirs des enfants et les tâches quotidiennes les restreignent dans leur horaire. L’école de jour leur convient alors davantage. Louis Morneau, Collège Bart

Les établissements d’enseignement en mode réflexion continue

 

Groupe de travail autour d'une table avec ordinateur et crayons papier

Toutes les institutions interrogées sont effectivement en mode réflexion, à divers degrés d’aboutissement, à propos des modes d’enseignement. Chacune réalise que le meilleur modèle tend vers l’hybride, soit des cours en classe et des cours en ligne. Il n’est pas rare de voir des étudiants faire eux-mêmes leur parcours hybride, comme le fait remarquer Nadine Cambefort, technopédagogue à l’ENAP. Les étudiants recherchent la flexibilité d’horaires avant tout. La localisation géographique a peu d’impact. Même son de cloche du côté de l’Université. 

80 % des étudiants inscrits à distance résident à moins de 150 km de l’institution et 46 % des étudiants à l’Université Laval sont inscrits à au moins un cours à distance! Nicolas Gagnon, directeur du Bureau de soutien à l’enseignement à l’Université Laval

Notons que la taille de l’Université Laval fait en sorte que l’offre à distance dépasse les 800 cours! Avec un tel éventail, l’Université Laval n’a eu d’autre choix que de se doter d’un outil de dépistage des étudiants risquant l’échec et l’abandon, « Appui à la réussite« , ce qui lui a valu d’ailleurs l’OCTAS de l’excellence en 2015.

Les défis de la formation en ligne

Minifigure LEGO avec touche de clavier CTRL

Madame Cambefort (ENAP) ne cache pas qu’au début, certains enseignants avaient un peu peur de perdre le contrôle de leurs cours, étant donné qu’ils devaient travailler en équipe lors de la conception d’un cours en ligne puisqu’on y ajoute de l’infographie et de la vidéo, par exemple. D’autres avaient peur que leur cours disparaissent. Craintes compréhensibles que l’on retrouvaient aussi à l’Université Laval. Maintenant que les premiers pas sont faits, les enseignants sont rassurés. 

Plus on fait de cours en ligne, plus on a besoin d’enseignants! Nadine Cambefort, ENAP

La raison? Mme Cambefort explique que l’enseignant a une certaine capacité de correction et que les inscriptions en ligne la dépassent facilement, donnant du coup l’occasion de créer des groupes animés par des chargés de cours. Ainsi, le professeur reste maître du contenu de ses cours.

calculatrice en gros plan

La formation en ligne, du moins asynchrone, représente aussi des coûts élevés de production. « Il faut s’assurer d’avoir un bassin de population important [pour pouvoir en amortir les coûts] » laisse tomber Caroline Boulay, coordonnatrice au développement des affaires à la Direction de la formation continue du Cégep Garneau. M. Gagnon (Université Laval) abonde dans le même sens en concédant qu’investir dans des infrastructures numériques représente des coûts élevés.

Lorsque l’Université a fait le pari du numérique en 2007, elle s’est fait pointer du doigt par certains qui trouvaient irresponsable d’investir de telles sommes dans la création d’infrastructures numériques, sommes qui traditionnellement étaient investies en totalité dans le béton, dans des infrastructures physiques. Or, comme le spécifie M. Gagnon, après l’analyse des logiciels libres disponibles, les 17 facultés ont décidé de concevoir un système « pensé pour et par la base ».

Un autre défi à prévoir concernant la formation en ligne, selon Mme Boulay (Cégep Garneau), sera de trouver comment s’adapter à la clientèle présentant des diagnostics de TDA/TDAH et de troubles légers de l’autisme, qui a explosé ces 2-3 dernières années, augmentant de 600 %!

Quels sont les impacts des technologies sur les modes d’enseignement?

L’offre en ligne ne met pas encore en péril la viabilité des locaux des établissements. Néanmoins, la pédagogie et l’aménagement doivent être revus en raison du fait que les apprenants du 21e siècle sont profondément différents de ceux d’avant. Dans un rapport de réflexion sur les espaces d’apprentissage de l’Université Laval, on fait les constats suivants concernant les milléniaux :

  • Connectés et ayant accès à l’information
  • Multitâches
  • Collaborateurs
  • Participatifs
  • Visuels
  • Désireux de produire et de partager.

Dans le rapport, on fait appel à cette citation qui résume bien le changement à opérer :

L’esprit n’est pas un contenant à remplir, mais plutôt un feu à allumer. Plutarque


Ancienne classe d'école avec tableau noir

Dès lors, la classe traditionnelle voulant qu’un enseignant donne un cours magistral à l’avant paraît complètement inadéquate. L’Université Laval cherche donc à rendre les locaux « tout flexibles », comme l’affirme Didier Paquelin, professeur titulaire de la Chaire de leadership en pédagogie de l’enseignement supérieur. Des locaux permettant de multiples reconfigurations réalisées rapidement et la cohabitation d’étudiants en présentiel et d’étudiants en formation synchrone en ligne, le tout en phase avec l’expérience utilisateur. Pour arriver à une solution idéale, l’institution y va de classes-pilotes. Devant des contraintes budgétaires, elle a parfois recours à de « l’innovation frugale » mais efficace, avoue M. Paquelin. 

Quand il y a des surfaces vitrées, on peut, pour peu de dollars, les transformer en tableaux. Didier Paquelin, Université Laval

Poursuivant toujours son objectif de flexibilité des locaux, l’Université teste aussi des peintures dites « écritoires », qui permettraient de transformer les murs en tableaux, ce qui surprend de prime abord. Les murs pourraient donc arborer des sortes de « graffitis » du savoir 🙂

Pour revenir à la formation en ligne, au collège Bart, on travaille beaucoup par projets au lieu de cours magistraux suivis d’examens pour stimuler l’implication des étudiants. En ce qui a trait aux nouvelles technologies, le Cégep Garneau se fait un devoir d’intégrer des parties de cours en ligne afin que sa clientèle, composée de travailleurs d’expérience, souvent d’immigrants qualifiés dans leur pays, puisse les apprivoiser à son rythme. Quant au Cégep Limoilou, qui n’offre aucune formation en ligne pour le moment, Philippe Aubé, directeur adjoint des études, explique que l’institution a développé une sorte de télé-enseignement qui permet entre autres aux étudiants de Donnacona de suivre des cours du Cégep Limoilou au Centre de formation de Portneuf. Le cégep possède 3 salles de télé-enseignement : à Québec, à Charlesbourg et à Donnacona. Inspiré du Cégep de la Gaspésie et des Îles, ce modèle ne se veut pas constitué de cours magistraux donnés à distance, mais invite plutôt l’étudiant à participer activement. 

Hommes portant un complet avec chaussettes rayées de couleur vive

L’effet d’entraînement représente aussi un autre impact sur le mode d’enseignement. Aujourd’hui, les enseignants sont de plus en plus enclins à transformer leurs cours pour les mettre en ligne puisqu’ils sont témoins de l’expérience positive d’un collègue comme le soulignent Mme Cambefort (ENAP) et M. Gagnon (Université Laval). Par conséquent, il y a création d’une compétence organisationnelle, comme se plaît à le dire ce dernier. En effet, les enseignants sont plus compétents qu’avant en ce qui concerne les nouvelles technologies et sont plus autonomes dans la construction de cours en ligne, par exemple. Or bien que de nouvelles méthodes d’enseignement se développent, certaines conceptions des choses demeurent bien ancrées.

Pour beaucoup de gens encore, la formation, c’est assis en classe et le formateur qui donne la matière. On ne peut pas bousculer tout ça, mais on y va petit pas par petit pas. Caroline Boulay, Cégep Garneau

Les perspectives d’avenir de la formation en ligne

L’ENAP travaille depuis 6 ans au développement de son offre de cours en ligne. Pour le moment, aucun programme n’est donné exclusivement en ligne, à l’exception du programme court de 2e cycle en management public. Par contre, comme la direction générale de l’ENAP est en cours de changement, rien n’exclut cette possibilité.

Le Collège Bart prévoit développer d’autres formations en ligne éventuellement. De son côté, le Cégep Limoilou semble intéressé à en créer. 

À l’Université Laval, M. Paquelin mentionne que l’institution planche sur une version 2 du rapport de réflexion sur les espaces d’apprentissage impliquant la concertation non seulement des étudiants, mais des enseignants, du personnel d’entretien ou de sécurité ou de celui relié à la technologie. En outre, la pluralité des méthodes d’enseignement se poursuit.

Notre plateforme est à la fois une plateforme de cours en classe, de cours hybrides, de cours tout à distance, de MOOC et on s’en va vers la formation continue en entreprise dans la prochaine année. Nicolas Gagnon, Université Laval

Pour conclure dans la même veine, Mme Boulay (Cégep Garneau) ajoute que le cégep prévoit augmenter le nombre de formations jumelant les modes synchrone et asynchrone, comme dans l’AEC en cyberenquête qu’il a récemment développée. De plus, elle affirme que l’avenir de la formation continue en ligne sera davantage en perfectionnement. À cet effet, les entreprises seront appelées à participer grandement au développement des formations, ce qui rendra plus accessibles les « expérientiels en entreprise ».

* Prendre note que le Cégep de Sainte-Foy n’a pas pu répondre à mes questions au moment d’écrire ces lignes.


Par Cindy Paradis

Le numérique prend de plus en plus de place dans nos vies. Il nous divertit, facilite notre travail et nous connecte avec le monde. Souvent, il nous incite à nous concentrer sur un ou deux aspects de notre personnalité. Or comme nous sommes des êtres complexes, animés par des intérêts multiples, je n’échappe pas à la règle. Je suis rédactrice, réviseure, fraîchement détentrice d'un DESS en relations publiques, maman de trois beaux garçons et dans mes temps libres, je décore des gâteaux, je chante du rock et je jardine! Dès lors, au cours de mes chroniques, je vous invite à suivre ma curiosité en explorant différentes facettes du numérique.

Collaborations récentes

Voir toutes les collaborations