Dimanche, le 27 septembre, c’était la finale du Hackathon des Journées de la culture au Camp Phase 1. Dans cette compétition réunissant des gens de différentes disciplines, les équipes devaient réfléchir à un moyen de rendre la culture plus accessible en ayant recours à des données ouvertes.

Le jury était composé de :

Pendant la délibération du jury, j’ai rencontré les 5 équipes que j’ai affectueusement nommées l’équipe de crinqués, l’équipe « on a tous en nous quelque chose d’artistique », l’équipe « on ne se connaissait pas avant le Hackathon », l’équipe des geeks et l’équipe d’étudiants. Voici un petit aperçu de leur expérience.

Projet Québec enchanté

Résumé du projet : application mobile qui, en interaction avec des objets connectés placés dans des points d’intérêt de la ville de Québec, renseigne sur la culture québécoise.

C’est l’équipe gagnante! En plus de remporter 2 000 $, une trousse culturelle comportant des billets pour des activités, l’équipe sera accompagnée par le Lab culturel pour réaliser leur projet et le présentera au Web à Québec – WAQ et à l’événement Printemps numérique!

Composition de l’équipe de crinqués

4 membres : 2 développeurs (un étudiant et un travailleur), un entrepreneur qui a créé l’entreprise Aleny Québec dans le domaine du bitcoin, et un analyste informatique.

Les gars avaient une longueur d’avance. Comme ils se connaissent, ils se réunissaient toutes les semaines depuis un bon moment pour discuter de leur projet d’application.

Une semaine avant le début du Hackathon, ils ont acheté de petites bornes signalétiques (beacons). Lorsque la compétition a commencé, ils étaient prêts à coder! D’ailleurs, ils ont eu des nuits de sommeil d’environ 3 heures tellement ils souhaitaient rendre un produit fini.

Les gars voient à long terme. Ils soulignent qu’ils peuvent définir la portée du signal en mètres, que les informations pourraient être présentées dans plusieurs langues et que les contenus pourraient changer selon les contextes; un arbre sur une place publique pourrait nous souhaiter Joyeux Noël!

Défi : le design! Les membres se sont rendu compte que les points alloués au design comptaient beaucoup et que la programmation était secondaire. Ils ont dû y consacrer du temps.

Projet CultureCo

Projet coup de cœur de Québec numérique.

Résumé du projet : site internet et application mobile mettant en contact les musiciens et les artistes visuels émergents avec les bars, cafés et restaurants du Québec.

Composition de l’équipe « on a tous en nous quelque chose d’artistique »

3 membres : un informaticien qui travaille dans le jeu vidéo, un architecte et un gars avec une formation multidisciplinaire : des études en psychologie et en administration et qui, dans ses temps libres, est musicien dans un groupe.

Le trio se connaît. Chacun possède un background artistique. C’est donc naturellement que l’idée du projet a pris forme.

Les membres aimeraient particulièrement mettre en relation des artistes émergents avec Le Pantoum : un complexe de création musicale qui offre la possibilité d’enregistrer en studio.

Au début du Hackathon, ils avaient peur que ce soit très axé sur la programmation. Ils ont été soulagés de voir que beaucoup de personnes venaient d’horizons variés. Ils ont aimé pouvoir bénéficier des conseils des juges qui faisaient régulièrement le tour des équipes.

Défi : ils avaient trop d’idées, ils devaient élaguer.

Projet Grenouill’art

Résumé du projet : application sur tablette permettant aux jeunes de 5 à 8 ans de s’amuser avec des œuvres d’art d’artistes québécois en les coloriant différemment et mettant en réseau les créations d’autres jeunes.

Composition de l’équipe « on ne se connaissait pas avant le Hackathon »

4 membres : une designer UX, une autodidacte en web qui a étudié en communication marketing, un ancien archiviste qui a touché au web et un actuaire programmeur, analyste de données.
La première tâche a été de mettre tout le monde à niveau, apprendre à connaître les forces et les faiblesses de chacun et à travailler sur un projet commun. Comme me l’a souligné une membre, ils n’avaient pas une idée avant d’arriver alors ils ont dû passer au travers d’étapes :

  1. Trouver l’idée
  2. Se demander si c’était réalisable
  3. Définir le potentiel
  4. Réaliser le projet

L’idée est venue d’un membre qui s’est souvenu du plaisir qu’il avait à participer aux ateliers bricolages au musée lorsqu’il était plus jeune.
Défi : ils devaient cibler ce que le jeu allait faire en se limitant à un seul parcours dans leur présentation.

Projet Livre ouvert

Résumé du projet : application utilisant un moteur de recommandations basées sur nos intérêts et ceux de nos connaissances.

Composition de l’équipe des geeks

6 membres : un spécialiste de données, une artiste en arts visuels, un spécialiste en marketing publicité et 3 programmeurs.

Ils ne se connaissaient pas tous. Deux équipes aux idées similaires ont fusionné sur place. L’idée du projet est inspirée de Koha, un système intégré de gestion de bibliothèques, qu’utilisent les cégeps du Québec. Selon un participant, les « données, c’est comme des saucisses, si on ne les consomme pas, c’est pas frais ». Dès lors, utiliser des données communes à l’aide de logiciels libres fait son chemin dans la tête des participants. Ils en viennent à formuler l’idée d’un Netflix du livre. Pour ce faire, ils ont simplement eu à jongler avec  3 millions de données et à programmer le tout en 36 heures!

Défi : trouver l’idée et lui donner une ligne directrice.

Projet Quéquizz

Résumé du projet : application mobile offrant un questionnaire sur la culture québécoise en lien avec le lieu où les personnes se trouvent dans la ville de Québec.

Composition de l’équipe d’étudiants

5 membres : une fille avec le profil technique en design graphique/baccalauréat en éducation, une en design graphique, une en musique et 2 (une fille et un garçon) en informatique.
Ils se connaissent depuis le secondaire. Ils sont maintenant à l’université. Leur expérience au Hackathon a été remplie de défis. Dès le départ, ils ont eu du mal à formuler une idée. Comme ils ne savaient pas sur quoi ils travailleraient, ils n’ont pas pu préparer leur environnement de développement. Ils se sont donc butés à des problèmes les empêchant de pousser comme ils auraient voulu l’application de leur idée.

Ils ont appris que ce n’est pas toujours facile de communiquer entre designers et programmeurs, qu’ils n’utilisent pas le même langage. Or comme ils sont amis de longue date, leurs discussions se sont effectuées dans la bonne humeur malgré les critiques mutuelles (constructives bien sûr). Somme toute, ils ont trouvé l’expérience très formatrice.
Défi : trouver une idée initiale.

Photo de tous les participants au Hackathon culture édition Québec septembre 2015
Dans l’ensemble, le défi qui revenait sans cesse dans ce Hackathon ayant pour thème la culture était de cerner le sujet et de lui donner une ligne directrice. Savez-vous qu’un autre événement du type se tiendra à Québec?

Eh oui! Le Hacking Health Québec, c’est bientôt! Le fonctionnement est quelque peu différent. Le 2 décembre 2015, des problématiques définies par des intervenants en santé seront présentées devant une communauté technologique en vue de trouver une solution. Préparez-vous!