Squeeze en poussée de croissance

Squeeze Studio n’a probablement jamais aussi bien porté son nom.

Denis Doré, cofondateur de Squeeze Studio
Denis Doré, cofondateur de Squeeze Studio

Denis Doré, le cofondateur de ce studio d’animation de Québec, ne le cache pas, il n’y a plus de place dans ses locaux. D’ailleurs, Denis n’a plus de bureau! De toute façon, il n’y était jamais ces derniers temps tellement ça bouge, me confie-t-il. Il me reçoit donc dans la salle de conférence.

Une première création originale

Squeeze produit sa propre série, Cracké, où « le pauvre personnage va en manger plein la gueule », m’annonce d’emblée Denis en riant. Pour ce faire, le studio s’est inspiré des dessins 2D où les personnages étaient déformés dans tous les sens pour ramener cet humour, quelque peu abandonné, en 3D. Toute une prouesse technique! La série, 52 épisodes d’une minute sans dialogue, sera présentée bientôt sur TELETOON dans tout le Canada.

Une période d’embauche « épique »!

La série Cracké mobilise à elle seule plus de 30 personnes. Les besoins du studio vont en grandissant. L’équipe est passée, en 6 mois, de 17 à plus de 50! Les postes d’experts avec 15-20 ans d’expérience sont les plus difficiles à combler. Squeeze est heureux de pouvoir compter sur Éric Lessard, son directeur de l’animation, qui a travaillé sur Shrek 1, 2, 3 et Madagascar chez Dreamworks.

« Ces ressources expérimentées nous amènent leur savoir, leur connaissance des grands studios, leur notoriété, et c’est inspirant pour les gens », explique Denis. « Souvent ces [experts] ont fait le tour et ils cherchent des studios avec l’âme, la passion, qui s’est souvent perdue dans les grosses boîtes. Ils ont besoin de sentir qu’ils peuvent faire une différence », ajoute-t-il.

Un défi de gestion

Denis le concède : « Ça prend des leaders qui expliquent les contextes et les contraintes, qui sont capables de rassembler leur équipe autour d’une vision » et qui engendrent comme réaction : «  Cool! On va à la guerre! » Une guerre menée dans une ambiance familiale chère au studio, bien sûr!

Une base informatique digne des grands studios

La croissance a amené Squeeze à investir dans du matériel commercial et des logiciels. Ainsi, des gens de T. I., de recherche et développement et des experts en réseaux ont été engagés pour, entre autres :

  • réduire les tâches répétitives non reliées à la création artistique;
  • personnaliser des outils pour définir la signature de Squeeze au niveau du squelette de l’animation;
  • faire en sorte que 7-8 logiciels puissent se « parler » aisément entre eux.

Quels sont les enjeux pour Squeeze et les autres studios d’animation au Québec?

Squeeze a fait partie du conseil consultatif de l’événement effects MTL tenu en juin 2015, lequel visait à augmenter la visibilité de l’industrie québécoise d’effets spéciaux et d’animation.

Denis Doré avec quelques participants à l’événement effects MTL Crédit photo : Squeeze Studio
Denis Doré avec quelques participants à l’événement effects MTL Crédit photo : Squeeze Studio

Au Québec, on retrouve des boîtes de haut calibre telles Framestore, Rodeo FX et Digital Dimension qui ont récemment participé, respectivement, au film Avengers : Age of Ultron and Gravity, à la série télé Game of Thrones et à la relance du jeu vidéo Doom.

Des représentants de ces 3 entreprises, ainsi que ceux de Squeeze et de Dreamworks, notamment, ont élaboré le contenu des conférences. Des discussions sont ressortis différents enjeux auxquels sont confrontés les studios québécois.

Battre les studios de Vancouver

En étant sur la côte Ouest, la ville bénéficie d’une proximité intéressante avec les décideurs d’Hollywood, sans compter qu’elle reçoit de bons crédits d’impôt pour développer l’industrie d’animation.

Recruter du personnel hautement qualifié

« Il y a toujours un pont qui est à faire entre la formation et la réalité de production », comme le souligne Denis. Alors Squeeze, dès sa première année de création, a offert périodiquement à cinq candidats exceptionnels une formation privée intensive de douze semaines portant le sympathique nom de Popettes.

Gradués des Popettes édition 2014 Crédit photo : Squeeze Studio
Gradués des Popettes édition 2014 Crédit photo : Squeeze Studio

La formule : les Popettes doivent produire 3 démos de 10 secondes sur 3 axes importants d’animation, le tout mentoré par des seniors.

Le but : développer pleinement leur potentiel, les faire se démarquer de la foule et les préparer à rejoindre un studio.

Créer un produit de qualité supérieure

Denis insiste : « Il faut que tu produises de quoi de wow qui fait que ça devient difficilement atteignable. » Afin d’y parvenir, il faut choisir un axe en particulier, avoir une signature. Chez Squeeze, c’est l’animation de personnages 3D.

Voici, en terminant, un petit aperçu de leurs réalisations 2015 :