Vincent m’envoie un courriel via We Transfer. Ma mission, si je l’accepte, est de télécharger son album avant le 5 juin sinon, le tout s’autodétruira. J’exagère à peine!

Vincent Leboeuf Gadreau, c’est le gars « PR » du groupe de rock progressif de Québec Inner Odyssey (le deuxième sur la photo). En plus d’avoir un travail et d’être étudiant à la maîtrise en relations publiques à l’Université Laval, il est guitariste et chanteur de soutien pour Inner Odyssey aux côtés de Simon Gourdeau, bassiste, d’Étienne Doyon, chanteur principal et batteur, et de Mathieu Chamberland, claviériste.

Inner Odyssey Crédit photo: Photocyc
Inner Odyssey Crédit photo: Photocyc

Au téléphone, Vincent m’explique qu’il baigne dans le numérique à chaque étape de production de sa musique.

Une performance différente

Personnellement, pour Vincent, cela se traduit par l’utilisation d’un Fractal Audio Axe-fx 2. Un quoi? Un émulateur d’amplificateurs et d’effets. Euh, mais encore? Une boîte compacte qui permet de changer de son en temps réel comme de passer d’un son de guitare acoustique à celui d’une électrique par exemple. Plus besoin d’une multitude de pédales analogues!

Pour l’enregistrement, les musiciens passent en studio, puis ils mixent leurs trames sonores à l’aide de plusieurs logiciels et plug-ins. Ainsi, ils arrivent à travailler le son comme ils le veulent et à avoir, au final, un rendu harmonieux.

Le numérique permet bien des choses, comme au batteur de chanter. Or dans une performance en direct, le groupe doit avoir recours à un batteur extérieur, car chanter et jouer de la batterie en même temps, disons que ce n’est pas l’idéal.

Des choix avantageux pour la distribution

Le 16 juin prochain, Inner Odyssey sort son deuxième album, Ascension, illustré par Keven Stapleton, un artiste numérique de Québec.

Ascension, le nouvel album d'Inner Odyssey illustré par Keven Stapleton
Ascension, le nouvel album d’Inner Odyssey illustré par Keven Stapleton

Pour le vendre, le groupe utilise le magasin virtuel de musique Bandcamp, tout comme Cœur de pirate, Jean Leloup ou Louis-Jean Cormier. Ce site, créé en 2007 ― tiens, la même année que la création du groupe ―, permet aux artistes de personnaliser leur page et de gérer eux-mêmes leurs ventes.

Bandcamp est deux fois moins gourmand qu’iTunes en se prenant 15 % des ventes. Pas étonnant qu’il attire de plus en plus de créateurs de musique! Un des avantages du côté consommateur : une écoute complète des chansons. Du côté artiste, des outils statistiques intéressants, comme de voir si les auditeurs se désintéressent rapidement d’une chanson en particulier.

Les albums, encore aujourd’hui, sont souvent sortis en albums physiques, processus plus coûteux. Le numérique permet alors la création de EP (Extended play) : de petits albums numériques comportant quatre chansons environ, histoire de ne pas attendre deux ans avant la parution d’un album complet.

Une promotion diversifiée et personnalisée

Affiche du lancement de l'album Ascension illustrée par Kevin Stapleton
Affiche du lancement de l’album Ascension illustrée par Kevin Stapleton

Inner Odyssey se fait connaître par des spectacles, comme celui du 16 juin prochain au Cercle où les membres du groupe seront présents dès 17 h, mais aussi par les médias sociaux et les revues spécialisées en rock progressif qui font régulièrement des critiques ou des portraits du groupe.
Facebook est le moyen principal pour Inner Odyssey de rester en contact avec ses fans, lesquels proviennent d’une cinquantaine de pays. Le groupe utilise aussi cette plateforme pour créer des publicités ciblées.

Vincent s’est construit une structure type et, avec les outils statistiques, il corrige le tir en temps réel. En intégrant des tags portant les noms de groupes du même style que le sien, les publicités s’affichent dans le fil d’actualité de nombreuses personnes.

Inner Odyssey a aussi une chaîne YouTube où, depuis peu, il diffuse son nouveau vidéoclip intitulé Retrospection. Le clip a été réalisé par Étienne Buteau de Productions 4 Éléments, une boîte de production vidéo de Québec. Encore là, le numérique est roi : caméras numériques pour le tournage, logiciel Adobe Premiere CC 14 pour le montage.

 

Le numérique, comme me le disait Vincent, c’est la démocratisation technologique. Intéressant de constater qu’en effet, il permet une plus grande liberté, tant pour la gestion de carrière que pour la création.