C’est un fait ! Tous secteurs confondus, le printemps est synonyme du retour des colloques et le numérique ne fait pas exception à la règle. Quelque temps après le Web à Québec 2015 et la 4e édition du Printemps des réseaux sociaux, Rémi Lachance dresse pour nous un portrait de la situation des réseaux sociaux au Québec. Le cofondateur de Colloquium nous explique notamment comment, selon lui, les organisations numériques peuvent rattraper leur retard en matière d’adoption du numérique.
__

Charlie : Bonjour Rémi ! Tout d’abord, merci de nous consacrer un peu de ton temps. On sait que tu es un homme pas mal occupé actuellement. Avant de rentrer dans le vif du sujet, pourrais-tu te présenter pour ceux qui, éventuellement, ne te connaîtraient pas ?

Rémi : Pour certains, je suis un entrepreneur fonceur et déterminé derrière deux organisations reconnues, Proxima Centauri et Colloquium. Pour d’autres, je suis identifié comme l’expert LinkedIn. En fait, je suis surtout un homme de passions qui possède 20 ans d’expérience en recrutement, en gestion et en formation.

Charlie : Rémi, il y a 2 semaines, tu lançais la 4e édition d’un événement majeur. Le Printemps des réseaux sociaux. Pourrais-tu nous en dire plus sur ce colloque ainsi que sur la tournée des médias sociaux qui fait suite à celui-ci ?

Rémi : Le Québec est en retard en matière de numérique, ce qui inclus également la portion médias sociaux. Les impacts de ce retard commencent à se faire sentir et c’est l’ensemble de la collectivité québécoise qui en paie le prix. L’objectif du Printemps des réseaux sociaux, événement majeur à Québec, est le même que celui derrière la Tournée des médias sociaux. Sensibiliser et mieux outiller les organisations afin de les aider à prendre le virage numérique. Échanger, réfléchir, amorcer ou consolider le plan d’action numérique d’organisations québécoises et ainsi favoriser l’intégration des meilleures pratiques; voici les missions qui sont les nôtres depuis plusieurs années.

Charlie : Pour avoir participé à l’événement, je sais que le sujet a été abordé sous plusieurs coutures, mais, selon toi, comment les médias sociaux impactent notre quotidien, tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel ?

Rémi : Pour une organisation, l’impact des médias sociaux est majeur. Dans le processus de recrutement, ils permettent de gagner en rapidité, en efficacité et de réduire les coûts de manière considérable. En développement des affaires, ce sont des outils remarquables qui donnent accès à des informations comme nulle autre plateforme. Ce sont des outils qui favorisent la communication, tant à l’interne qu’à l’externe, et permettent de dénicher des informations beaucoup plus rapidement. Enfin, en matière d’attraction et de rétention du personnel, les médias sociaux jouent un rôle clé. Ils permettent notamment de construire et de solidifier la marque employeur d’une organisation. C’est bien entendu un avantage majeur pour les organisations qui souhaitent attirer et retenir les gens des générations Z et Y.

Charlie : Donc, selon toi, les médias sociaux sont des outils à intégrer dans la cadre de stratégies de gestion et de ressources humaines. Est-ce que tu aurais des exemples ou des astuces à nous donner pour y parvenir ?

Rémi : Définitivement ! Bien que les diverses plateformes sociales évoluent constamment et qu’il n’est pas toujours aisé de maintenir ses compétences et connaissances à jour, le prochain événement de Colloquium, le Colloque Gestion et RH (26 et 27 mai) démystifiera cela en offrant ateliers et conférences, notamment avec Alexandre Leclerc, le Cabinet de relations publiques NATIONAL et aussi Proxima Centauri. Les participants pourront aussi découvrir des stratégies actuelles pour « Créer un monde auquel vos employés veulent appartenir », qui traitera de street marketing digital, de la gamification et du marketing RH.

Charlie : Intéressant ! En ce qui te concerne, dans quels contextes et avec quels objectifs tires-tu profit de ces plateformes ? On te connaît notamment une influence sur LinkedIn, mais est-ce le seul réseau social que tu utilises ?

Rémi : Proxima Centauri a d’abord intégré LinkedIn comme premier réseau social. Le blogue, Facebook, Twitter, You Tube, Slideshare, ScoopIt et Pinterest ont ensuite suivi progressivement.Entre 40 à 50 % de notre nouvelle clientèle nous parvient directement de LinkedIn. Le réseau que nous avons développé est colossal, puisque nous sommes des early adopter de la région de Québec. Jumelé à notre blogue, LinkedIn demeure une stratégie hautement performante, facilement mesurable et qui optimise notre référencement sur le Web depuis de nombreuses années. Je dirais que pour partager notre expertise et travailler en mode marketing de contenu, Slideshare est un outil fort appréciable également. Pour les autres réseaux, le déploiement de la marque et le maintien de la notoriété est souvent l’objectif. Notre équipe est fortement créative et reconnue comme avant-gardiste dans son secteur; une présence soutenue sur ces diverses plateformes va de pair avec nos valeurs et avec notre ADN en tant qu’organisation. Toutefois, l’objectif ultime demeure de faire découvrir notre entreprise aux gens présents dans les divers réseaux sociaux et les attirer vers notre site web.

Charlie : Enfin, pour ceux qui n’auraient pas eu la chance d’assister à cette 4e édition du Printemps des réseaux sociaux, quelles sont les tendances majeures qui vont guider les actions des organisations québécoises sur les médias sociaux au cours des trois prochaines années ?

Rémi : Il est toujours difficile de prévoir où nous mèneront les technologies. Difficile aussi de lier tendances et organisations québécoises en matière de médias sociaux, puisqu’il y a un si grand retard. Toutefois, le blogue gagne en stratégie de positionnement, le marketing de contenu et l’inbound marketing sont de lourdes tendances observées et enfin, les réseaux sociaux Snapchat et Pinterest sont fortement à surveiller pour rejoindre certaines clientèles cibles. Enfin, la génération C (ou génération Z) continuera d’influencer les médias sociaux et leur pouvoir, tant économique que social, forcera les organisations à s’adapter, à utiliser de nouvelles façons de communiquer, de marketer, de gérer, de travailler. Le défi des organisations québécoises sera de mieux intégrer globalement les médias sociaux et également d’intégrer les différents départements de sorte à valoriser l’implication des employés et avoir de réels ambassadeurs internes.

Charlie : Merci beaucoup pour ces précieuses informations Rémi ! On se revoit les 26 et 27 mai au centre des foires d’ExpoCité pour ce fameux colloque Gestion et RH.
__

Retrouvez Rémi Lachance sur LinkedIn et découvrez la programmation  du colloque Gestion RH.