Depuis plusieurs mois, le gouvernement s’est engagé à rénover l’État québécois. Plusieurs chantiers sont en cours, dont celui annoncé le 19 juin 2015 sur l’optimisation de l’État par les technologies de l’Information. Cette stratégie numérique propose une nouvelle vision qui permettra de renforcer la gouvernance, notamment en rapprochant l’État des citoyens.

Lors du dernier forum des idées pour le Québec, le premier ministre Philippe Couillard annonçait sa volonté de doter le Québec d’une stratégie numérique. Jean-François Gauthier, président directeur général de l’Institut de gouvernance numérique (IGN) s’implique depuis de nombreuses années sur l’évolution de la gestion publique et apporte son éclairage sur certaines dimensions de ce vaste chantier.

Vers davantage de démocratie participative grâce aux données ouvertes
Vers davantage de démocratie participative grâce aux données ouvertes

Ouverture et transparence pour servir davantage l’intérêt général

L’approche du gouvernement ouvert et transparent est devenue une tendance à l’échelle internationale. L’actuel gouvernement du Québec a mis l’accent sur cette priorité et a déjà annoncé plusieurs mesures en ce sens.

Jean-Marc Fournier, ministre responsable de l’Accès à l’information et de la Réforme des institutions démocratiques a notamment présenté dans ce cadre les orientations pour un gouvernement plus transparent, dans le respect du droit à la vie privée et dans la protection des renseignements personnels :

« La transparence est l’une des clés permettant de renforcer la confiance de la population envers l’État, ses institutions et ses élu(e)s. Elle améliore l’efficacité de l’administration publique, facilite la gestion de l’information et favorise la participation citoyenne. De plus, l’ouverture des données gouvernementales et leur réutilisation stimulent la création de nouveaux produits et services, contribuant ainsi au développement économique du Québec » selon Jean-Marc Fournier.

Par cette stratégie, le gouvernement encourage les citoyens à s’impliquer dans les décisions et à exprimer leurs points de vue. Pour ce faire, il s’engage à rendre disponibles davantage d’outils de participation et de consultation pour accroître leur engagement dans l’élaboration et l’évaluation des politiques publiques.

Comme le souligne également Martin Coiteux, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et de la Révision permanente des programmes et président du Conseil du trésor dans sa déclaration pour rénover l’État par les TI – Un coup de barre dans les technologies de l’information :

« Les Technologies de l’Information font partie de la solution et ne peuvent être ignorées ! Avec cette stratégie, le gouvernement donne le coup de barre nécessaire dans la gestion des TI. Celles-ci doivent être gérées dans le souci de prioriser les bons investissements, de contribuer à réduire les coûts au sein de l’appareil public et de faciliter toujours davantage l’amélioration des services à la clientèle »

Les données ouvertes jouent un rôle de premier plan dans la réalisation de cet objectif qui fait sens entre l’homme et les technologies numériques. Les avancées actuelles conduisent en conséquence vers une révision en profondeur de la Loi sur l’accès à l’information adoptée en 1982.

L’information est la matière première qui alimentera la gouvernance et l’économie du 21e siècle

L’Institut de gouvernance numérique (IGN), organisme à but non lucratif, est dédié à l’adoption d’une stratégie numérique pour le Québec et à ses retombées locales que sont les stratégies de « communautés intelligentes ». L’IGN s’est notamment associé sur ces questions avec un acteur universitaire et des acteurs collégiaux, l’Institut technologies de l’information et société de l’Université Laval (ITIS) et 2 centres collégiaux de transfert de technologie au Saguenay et en Gaspésie.

Selon l’IGN, les nouveaux outils offerts par le numérique peuvent permettre l’émergence progressive d’un nouveau « modèle d’affaires » basé sur la transparence, la participation et la coopération.
La co-construction d’une stratégie numérique repose ainsi sur 5 thèmes :

  • le citoyen
  • la gouvernance ouverte
  • le modèle économique de proximité
  • l’Internet
  • l’information
Jean-François Gauthier, président-directeur-général de l’IGN
Jean-François Gauthier, président-directeur-général de l’IGN

« Pour nous, l’avenir numérique du Québec appartient aux Québécois et se construira avec eux en s’appuyant sur ce qui se fait de mieux au Monde » présente Jean-François Gauthier, président-directeur-général de l’IGN.

D’une stratégie globale à une mise en œuvre locale : enjeux et perspectives pour l’avenir

Le bon fonctionnement des villes est plus que jamais dépendant de la qualité de sa gestion et de la clarté de son information. En démocratisant son accès, en outillant ses acteurs et en renforçant ses indicateurs de performance, l’IGN facilite la prise de décision par l’engagement et la collaboration systématisée de toutes les parties prenantes.

Grâce aux nouveaux outils numériques, l’IGN propose une approche éprouvée de construction de l’évidence pour supporter les organisations qui souhaitent mieux se « connecter » sur l’intelligence et la contribution de leur clientèle cible.

« Notre principal défi est de faire comprendre que le numérique n’est plus un enjeu uniquement qui concerne la technologie. Par la dimension sociétale des changements qu’il engendre, il est maintenant l’avenir dans tous les domaines d’activité humaine » conclut Jean-François Gauthier.