Un de mes enseignants, Martin Boucher, chargé du cours Technologies et relations publiques à l’Université Laval, m’a dit une fois que ce n’était pas facile de trouver un bon rédacteur web; que lorsqu’on en trouvait un bon, on l’attachait après sa chaise et on lui donnait à manger de temps en temps!
Depuis, je me demande, mais que faut-il pour être un bon rédacteur de contenu pour le web?

Quelle formation choisir?

Comme il n’y a pas de programme en rédaction web à Québec, la combinaison d’études n’est pas évidente. Carl-Frédéric de Celles, cofondateur d’iXmédia, a un penchant pour un profil communication/journalisme.

Pour Éric Leblond, associé et responsable des ressources humaines chez Sigmund, le profil d’études n’a pas vraiment d’importance. Bien sûr, si un candidat a une formation en rédaction professionnelle ou en communication, c’est intéressant, concède Éric, mais ce sont surtout les expériences de travail qui pèsent le plus lourd dans la balance.
Pour Chris Bergeron, directrice de création chez Cossette :

« Peu importe la discipline étudiée, un bon rédacteur le demeurera qu’il parle d’histoire, d’art ou de mode. Une fois sur le marché du travail, je conseille de suivre des formations en continu pour la rédaction web, dont les formations de Google. »

Bien écrire, ça veut dire quoi?

Dessin d'un homme qui dessine à la langue sortie
Simon Légaré, directeur en solutions numériques chez Libéo, résume les points forts d’un bon rédacteur ainsi :

  • Qualité des contenus
  • Clarté des propos
  • Concision
  • Vulgarisation
  • Structure (les textes doivent respecter les contraintes; ils seront analysés par plusieurs personnes lors de la révision)
  • Uniformisation (point important, surtout lorsque le rédacteur travaille avec d’autres rédacteurs)

Antoine Viau, – qui a enseigné pendant 7 ans le cours Écriture hypermédia à l’Université Laval et qui est maintenant conseiller en architecture d’information et expérience utilisateur chez Nurun Services conseils – ajoute quelques points :

  • Avoir de l’empathie
  • Percevoir l’essentiel pour l’utilisateur
  • Être sensible à la mise en forme et à la structure de titre, d’intertitre, la mise en tableau et la schématisation graphique.

Que doit connaître le rédacteur web sur le plan technique?

En plus d’être à l’aise avec les outils Google et les plateformes d’édition telles Dreamweaver ou WordPress, le rédacteur web doit connaître son alphabet. Et là, je ne parle pas de la qualité de la rédaction, mais du côté techno avec ses multiples acronymes dont :

  • HTML : le rédacteur web doit en connaître les bases
  • CSS (Cascading style sheet) : « Ce sont les feuilles de style du web, comme dans Word », vulgarise Antoine Viau
  • SEO (Search engine optimization) : regroupement de bonnes pratiques permettant un référencement optimal du site

Simon Légaré parle du fameux tableau périodique SEO, semblable au tableau des éléments de chimie.

Tableau périodique SEO
Infographie de Search Engine Land adaptée en français par Julie Chodorge.

Ce tableau présente les bases du SEO. Il est divisé en 3 sections : HTML, architecture et la section qui nous intéresse, le contenu.

Top 5 pour un bon contenu

  1. La qualité du contenu
  2. La recherche de mots-clés
  3. Le choix des mots
  4. Le ton engageant
  5. Des articles actuels, tendance

Ce qui est le plus recherché

Dessin d'un homme aux jumelles

Pour Éric Leblond « Quelqu’un qui rédige bien : bon ton, texte intéressant et engageant. Être bon rédacteur, ça ne s’apprend pas, tu nais presque avec [ce talent]. »

Carl-Frédéric de Celles, lui, souligne qu’« il est surtout difficile de trouver des gens qui combinent qualité, style et technique. Si le candidat n’a pas un vif intérêt pour le web et la technique, il ne deviendra pas un bon rédacteur web. Quand on regarde les qualités requises, c’est souvent opposé, [faisant appel à des types psychologiques différents] : analytiques vs créatifs. »

Quant à Chris Bergeron, elle insiste sur « la rigueur et la vision 360 degrés d’une marque. »

On sous-estime souvent la rédaction. « Je suis toujours surpris de voir une équipe de projet ou un client repousser [la] production de contenus au profit du design », avoue Martin Boucher.
Heureusement, certains employeurs ont compris la valeur de cette créature hybride et rare qu’est le rédacteur web!

Lectures pour devenir un pro

  • Bien rédiger pour le web, d’Isabelle Canivet-Bourgaux, suggestion d’Antoine Viau
  • Content Chemistry, d’Andy Crestodina, proposition de Martin Boucher
  • SEO Warrior, de John I. Jerkovic, proposition de Martin Boucher